Actualité technologie et informatique

Sources de trafic d’un site web : avirons, moteurs et voiles

Là où il y a du trafic, il y a de l’espoir..

Chaque visite est une chance pour que quelque chose de bien se produise, c’est pourquoi le trafic est le premier objectif du marketing numérique. C’est aussi la traduction sur site de l’objectif de «notoriété de la marque» du marketing traditionnel.

Générer du trafic est une grande partie du travail, alors déballons-le et jetons un œil à l’endroit d’où viennent les visiteurs.

Les flux de trafic vers des sites Web proviennent de nombreuses sources : sites Web et applications, moteurs de recherche et réseaux sociaux, liens et boutons, campagnes publicitaires et bouche-à-oreille. Nous catégorisons généralement ces visiteurs en six grands groupes :

 

Recherche organique : visiteurs qui nous ont découvert grâce à un moteur de recherche

Réseaux sociaux : visiteurs ayant cliqué sur un lien dans les médias sociaux

Campagnes payantes: les visiteurs proviennent d’annonces en ligne

Emailing : les visiteurs qui ont cliqué sur un lien dans une newsletter

Les sites référents : visiteurs provenant d’autres sites Web

Visite directe : les visiteurs qui ont tapé notre adresse Web directement dans le navigateur

Bien que certains d’entre eux soient plus importants pour vous que d’autres, il est important d’avoir une diversité dans vos sources de trafic, tout comme la diversité dans un portefeuille financier. Il y a des risques cachés dans votre marketing si un énorme pourcentage du trafic vient d’une source, ou si vous n’avez aucun trafic provenant du marketing par courriel.

Remarque: l’e-mail est une source de trafic importante car il s’agit d’une connexion directe avec votre audience. Il n’y a pas de société, comme Google ou Facebook, entre vous et vos visiteurs potentiels. Vous ne possédez pas vos abonnés sociaux ou vos classements de recherche, mais vous possédez votre liste de diffusion.

 

Analyse des données dans Google Analytics :

Si vous passez à l’affichage des données, ce rapport affiche les statistiques de comportement (pages par visite, durée moyenne d’une visite) et les statistiques de conversion (pourcentage de visiteurs ayant effectué une action) pour chaque source de trafic. type de visiteur.

Est-ce qu’ils nous connaissent déjà ? Cherchent-ils quelque chose de spécifique? Sont-ils susceptibles de se convertir ?

Voici une idée générale de ce que les sources de trafic indiquent sur le contexte du visiteur :

Par exemple, vous pourriez penser au trafic de recherche comme de nouvelles personnes qui vous ont trouvé à l’improviste. Mais une partie de ce trafic provient de personnes qui ont recherché le nom de votre entreprise, ce qui inclut les visiteurs qui sont vraiment ce que vous considérez comme du trafic direct

.

 

Le trafic direct est censé provenir des visiteurs qui ont tapé votre adresse dans leur navigateur, mais il inclut en réalité beaucoup d’autres choses. Les visiteurs qui venaient d’applications telles que les programmes de messagerie et le trafic provenant de campagnes de messagerie mal suivies.

Vraiment, toute visite qui ne provient pas d’un moteur de recherche, d’un réseau social ou d’un site référent est incluse dans le trafic direct.

Il existe des moyens de minimiser ces problèmes, mais Google Analytics ne sera jamais précis à 100%. Et c’est ok. Nous avons seulement besoin qu’il soit assez précis pour nous aider à prendre de bonnes décisions marketing.

Avirons, voiles et moteurs ..

Mettons de côté le trafic direct et de référence pour l’instant et concentrons-nous sur les sources de trafic que nous impactons directement à travers les activités de marketing: recherche, social, email et publicité payée. Voici une petite métaphore amusante pour nous aider à comprendre leurs différences.

Imaginez que votre site Web pèse l’ancre et qu’il quitte le quai avant de partir en mer pour une partie de pêche. Plus vous allez loin, plus vous attraperez de poissons. Donc, vous voulez aller loin, vous voulez aller vite et vous voulez aller sans casser votre dos ou votre compte bancaire dans le processus.

Vous avez quelques options: naviguer, ramer ou lancer le moteur

Le moteur (publicité payante)

N’importe qui peut acheter du trafic. Les publicités sociales, le paiement par clic et les annonces graphiques sont certainement une façon de faire bouger le bateau. Choisissez votre plate-forme, définissez un budget, créez vos annonces et vous obtiendrez du trafic après-demain.

C’est mesurable et rapide, mais c’est cher. Vous devez acheter du carburant ou le moteur ne fonctionne pas. Et c’est temporaire. Éteignez-le et il s’arrête aussi vite qu’il a commencé.

La publicité est rapide et temporaire, mais le marketing par les divers types de continues est considéré lent mais parfaitement durable.

En contre partie , beaucoup de capitaines démarrent des moteurs énormes et coûteux à pleine vitesse sans attraper un seul poisson.

Nous nous concentrons sur attraction des visiteurs, plutôt que de les acheter. Alors mettons de côté la publicité payante et on arrête le moteur ! .

La voile (Search Engine Optimization)

 

 

Les experts de recherche organiques sont en quelque sorte soumis au caprice de Google, tout comme les marins comptent sur la météo. Mais un peu de compétence peut vous mener très loin. Voici pourquoi: chaque page peut attraper le trafic comme une voile attrape le vent.

Chaque grand contenu, si pertinent à un sujet populaire et correctement aligné avec une phrase clé, peut attirer des visiteurs pendant des mois ou des années. Contrairement à un bateau, qui a une limite physique au nombre de voiles que vous pouvez ajouter, il n’y a pas de limite au nombre de pages que vous pouvez publier.

Lorsqu’il est efficace, le référencement devient une source de trafic durable et presque passive. Vous continuerez à recevoir du trafic avec beaucoup moins d’efforts . Vous pourriez arrêter le marketing et continuer à obtenir des tonnes de trafic !

Mais il peut être difficile à prévoir, et le travail est souvent lent et incertain. Si c’est votre voyage inaugural (nouveau site, jeune domaine) soyez patient. Cela pourrait prendre un certain temps.

L’aviron (médias sociaux et marketing par courriel)

 

 

Les médias sociaux et le marketing par courriel sont les moteurs du trafic basés sur l’activité. Ils sont géniaux parce que vous avez un contrôle direct. Chaque fois que vous tirez ces rames, vous avancez. Mais si vous arrêtez, vous ne serez pas long pour longtemps. Bientôt, vous serez mort dans l’eau.

Mais même avec des coups réguliers, l’aviron n’est pas toujours prévisible. Parfois, vous allez dans le vent, et parfois vous ramez avec. C’est la même chose avec l’email marketing et les réseaux sociaux. Ils ont différents niveaux de cohérence en termes de génération de trafic.

Le social est imprévisible …

Le courrier électronique est épineux mais constant au fil du temps …

Indépendamment de la prévisibilité, il existe des moyens d’obtenir des résultats stables, tout comme un rameur obtient des résultats par la pratique et la répétition. Les spécialistes des médias sociaux et du marketing par email au niveau olympique sont constants. Ils n’envoient pas un email par an ou se connectent sur Twitter quelques fois par mois.

Ils sont également coordonnés et organisés. La publication des calendriers et des outils de planification conduit le processus, montrant ce qui sera promu et quand. Ces stratégies doivent être synchronisées avec votre planning de contenu et vos plans marketing traditionnels (sans parler des événements commerciaux standard tels que les ventes ou les lancements de produits).

Les emails et les réseaux sociaux exigent du travail et de l’engagement, mais ils deviennent plus faciles. Finalement, vous construisez une communauté et une véritable image de marque.

Surfant sur le courant: image de marque

Il y a une autre façon de faire avancer le navire: l’image de marque, c’est le trafic direct qui provient des personnes qui tapent votre adresse directement dans la barre d’adresse. Les recherches pour votre marque ne s’affichent pas en tant que trafic direct dans Analytics, mais c’est essentiellement la même chose.

Toute action qui accroît la notoriété va générer du trafic et vous faire avancer, comme un courant sous le bateau. Vous pouvez aider à maintenir ce courant en faisant des choses hors ligne: réseautage, publicité, parler, Street-marketing et mettre votre adresse Web sur tout vos produit et tout ce que vous pouvez penser.

 Garantir un maximum de clics !

Apparaître a la première page de Google , garantir une visibilité extrême sur les réseaux sociaux , ou même lancer une gigantesque campagne E-mailing , sont considéré en tant que des objectifs de premiers ordre pour les sociétés qui veulent s’imposer sur le marché , mais cela ne signifie rien à moins que quelqu’un clique !

Le grand challenge des marketeurs du monde entier c’est d’augmenter le taux du clic (CTR) . C’est comme ça que vous commencez la conversation. C’est comme cela que vous faites obtenir des ventes et créer une communauté d’influenceurs et de partenaires .

C’est là que la métaphore de la pêche s’effondre. Très peu de poissons veulent juste sauter dans un bateau. Mais vos clients veulent utiliser vos services. Ils ont un besoin, et vous avez un produit ou un service qui va le remplir. Ils veulent juste des solutions à leurs problèmes.

Donc contrairement à un bateau de pêche, qui cherche des bancs de thon rouge, vous ne cherchez pas de poisson: vous aidez les poissons à vous trouver. C’est la raison d’être de la génération de trafic: lier vos solutions aux personnes ayant des problèmes.

Quand ils vous trouvent, et ils cliquent, vous avez commencé le processus. Il y a beaucoup de design, de continue riche et de meilleures effets graphiques pour les faire avancer, mais ils sont déjà sur le bateau. Et si vous faites correctement votre machine de  génération de trafic , vous aurez des résultats extrêmement surprenantes .

Source : Orbitmedia

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *